Comment bien récompenser son chien ?

Posté par le déc 7, 2013 dans Blog éducation canine, Chien, Comportements, Non classé | 0 commentaire

Comment bien récompenser son chien ?

Pourquoi doit-on renforcer les bons comportements de son chien ?

Parce que si vous ne le faites pas, vous allez devoir insister et répéter l’ordre plusieurs fois en intimidant davantage votre chien avec le temps. Sinon votre chien va trouver quelque chose de mieux à faire et apprendra que vous désobéir n’a que peu de conséquences pour lui.

Votre compagnon n’est pas bête, têtu ou dominant mais il répond à un besoin naturel, certes égoïste, de toujours faire ce qu’il y a de meilleur pour lui. Il est peut-être désobéissant mais est-il motivé à vous écouter ?

Voir l’article sur notre blog : Pourquoi récompenser son chien

Comment motiver son chien à nous écouter ?

 Il y a plusieurs types de récompenses :

. La reconnaissance de son maître (les caresses et les félicitations).

. La nourriture.

. Le jeu.

. Les récompenses de la vie (les balades, l’accès à d’autres chiens, à des odeurs…).

Les félicitations : elles sont indispensables et doivent être nombreuses. Soyez enthousiaste dès que vous travaillez avec votre chien. “La bonne humeur est très communicative”. Du point de vue du chien, les encouragements, sont perçus comme un soulagement, il ne vous comprend pas mais il sait que vous n’êtes pas hostile. Ce point est très important dans l’éducation canine car tous les exercices d’obéissance doivent être pratiqués dans un climat de confiance. Cependant les félicitations ne sont que très rarement une source de motivation suffisante, surtout à l’extérieur, car le chien est distrait. Attention certains chiens n’apprécient guère les caresses permanentes, contentez-vous d’être de bonne humeur, félicitez-le sur un ton enjoué.

La nourriture : c’est un renforçateur primaire, elle est très efficace sur la plupart des chiens. Encore faut-il avoir ce qui plait au vôtre et veiller à doser sa ration quotidienne en fonction de la nourriture qu’il aura reçue pour son éducation. Tout au long de la journée, il mange ce qu’il gagne en réalisant des comportements que l’on souhaite renforcer. Le repas du soir sera donc ajusté.

“Prenez le temps de découvrir ce que préfère votre chien”. Faites-lui goûter plusieurs types de nourriture tels que des cubes de poulet, de jambon, de fromage, de poisson, de foie et notez le niveau de satisfaction, d’enthousiasme que montre votre chien de 1 à 3. Pour savoir si une récompense a une forte valeur, testez-les avec un exercice simple comme « assis » mais en ajoutant de la distraction, comme un chien ami qui sollicite le vôtre pour jouer. Munissez-vous de différents types de friandises (croquettes, jambon, fromage, poisson, des jouets) et regardez ce qui marche le mieux.

 

Adaptez la valeur de la récompense en fonction de la difficulté de l’exercice demandé : Par exemple pour mon chien j’utilise des renforçateurs de niveau 1 (croquettes, caresses) pour les exercices à l’intérieur comme assis, coucher, au panier… Des récompenses de niveau 2 (cube de jambon, poulet) pour les exercices en extérieur et des récompenses de niveau 3 (sardine, fromage, foie) pour le rappel ou tous les exercices de contre-conditionnement comme assis à la vue d’un chat, regarde-moi à la vue d’un chien, rester assis pour dire bonjour à une personne qu’il apprécie. Utilisez les renforçateurs à valeur élevée (3) uniquement pour les choses que vous trouvez très importantes. “Elles doivent rester suffisamment rares pour être efficaces”.

Les croquettes ou les félicitations ne peuvent pas toujours rivaliser avec l’environnement. Vous devez toujours avoir « une arme ultime » – quelque chose auquel votre chien ne résiste pas (cherchez bien, pour moi, les sardines ou le gruyère sont plus fort que n’importe quelle distraction). Bien sûr, il ne s’agit pas de donner à vie ce genre de récompense mais d’obtenir un certain nombre de répétitions suffisantes pour que votre chien apprenne à faire le bon choix, c’est à dire faire plus attention à vous qu’à l’environnement même lorsque c’est tentant.

“Soyez imprévisible ! Ne donnez pas toujours la même récompense”, surtout si elle est de faible valeur, comme une croquette. Votre chien trouvera cela ennuyeux et peu motivant. En revanche, si votre chien ne sait jamais à quoi s’attendre, il aura plus tendance à faire le bon choix. Lorsque vous partez en balade et que vous souhaitez travailler des exercices particuliers, emportez toujours deux ou trois types de friandises différentes (croquettes, dés de jambon, dés de fromage) et son jouet préféré.

Variez les récompenses et utilisez toujours la meilleure lorsqu’il réalise l’exercice à la perfection. Par exemple : je suis entrain de marcher avec mon chien en laisse et d’un coup je vais lui dire « assis ». S’il exécute la position, mais avec un temps de réflexion de 1 ou 2 secondes, je vais lui donner une croquette, s’il s’assoie de suite, je lui donnerai un dé de fromage. Quelques mètres plus loin, je vais réitérer et sa récompense sera une partie de jeu avec une corde à nœud. S’il ne s’assoit pas ou met plus de 3 secondes pour le faire, je dirai « Ok » et reprendrai la marche. Il aura perdu une occasion de gagner une récompense.

Le jeu : Jouez, jouez et jouez encore avec votre chien. C’est très important, autant sur le plan relationnel qu’éducatif. Le jeu est une très bonne façon de renforcer les comportements que le chien maîtrise bien. Lorsqu’on apprend un nouveau comportement à un chien au clicker training, on utilise le plus souvent de la nourriture. Une fois assimilé, les séances de jeux nous permettent d’entretenir la motivation et les acquis du chien. “Trouvez le jeu qui plait le plus à votre chien et organisez des séances quotidiennes” (jeu de chasse, de balle, frisbee, corde à nœud…). Apprenez-lui à aller chercher, à donner, à attraper, à tirer, à vous courir après, à trouver, à renifler…Soyez enthousiaste et faites tous les jours des activités physiques et mentales avec votre chien. Montrez-lui que vous adorez jouer avec lui. L’envie de jouer est communicative. En revanche ne le suppliez pas. Si votre chien n’est pas très joueur au début, prenez votre temps, munissez-vous de son jouet préféré et faîtes de courtes séances. Arrêtez vous-même avant qu’il ne décide de le faire. Progressivement, augmentez le temps passé à jouer ensemble. Une fois qu’il appréciera jouer avec vous, variez les jouets comme différents types de récompenses.

Les récompenses de la vie : (renifler une odeur, faire ses besoins, aller promener, être sans laisse, courir après un chien) : Récompensez votre chien en lui donnant accès à ce qu’il veut. Par exemple, il est motivé pour aller en promenade, demandez-lui de s’asseoir avant d’ouvrir la porte d’entrée. Ici, la récompense est la permission de sortir. Demandez-lui de vous regarder dans les yeux avant de lui donner la permission de renifler une odeur qui l’attirait. Si le chien vous regarde, dites «Ok» et laissez-le renifler.

Le fait de travailler un exercice avant de donner accès à son chien à ce qu’il veut, nécessite des  répétitions, mais une fois qu’il aura compris, votre chien travaillera pour vous car il peut avoir tout ce qu’il veut, si c’est ce que vous souhaitez.