Pourquoi récompenser son chien ?

Posté par le juil 16, 2013 dans Blog éducation canine, Chien | 0 commentaire

Pourquoi récompenser son chien ?

Grand débat de l’éducation canine !

Beaucoup de dresseurs qui utilisent les méthodes traditionnelles critiquent ou reprochent aux méthodes positives, l’utilisation de la friandise. Ils considèrent qu’un chien doit tout simplement obéir à son maître et n’est pas obligé d’être motivé pour cela. Le problème, c’est que le chien, comme tout être vivant, n’obéit ou ne travaille ni par compassion ni par gratuité. Iriez-vous travailler tous les jours pour faire plaisir à votre patron et cela sans rémunération ? Non !

Les chiens ne sont pas différents mais heureusement ils ont beaucoup de sources de motivation : ils sont prêts à travailler pour manger, jouer, aller promener, renifler, faire du sport, se sentir en sécurité… La nourriture est un besoin primaire et une source importante de motivation pour la plupart des chiens.  Pour initier un nouveau comportement ou travailler sur l’état émotionnel d’un chien, c’est de loin le renforçateur le plus efficace. Alors pourquoi s’en priver. Votre patron n’utilise t-il pas des commissions, primes, avantages…pour vous motiver davantage. Bien sur, une fois le comportement acquis, le but est d’utiliser d’autres formes de récompenses pour le chien.  Dans ce dossier, nous allons étudier : Pour quelles raisons nous devons renforcer les bons comportements de nos compagnon.

1) L’efficacité du renforcement positif n’est plus à démontrer :

Voyons quelques exemples concernant les humains :

Voici une série de vidéos du site www.thefuntheory.com, initiative de Volkswagen. Ces exemples ont pour initiative de démontrer que la récompense et le plaisir (quelque chose de fun orienté vers le jeu et l’enfance) sont les meilleures façons de changer positivement le comportement des gens (comme de conduire moins vite, recycler, faire de l’exercice…).

La recherche scientifique a également démontré depuis longtemps l’intérêt d’utiliser le renforcement positif dans l’apprentissage. De plus en plus d’écoles et de centres pour les enfants autistes, par exemple, utilisent dorénavant ces méthodes avec des résultats bien supérieurs.

“Apprendre de ses erreurs. On dit qu’on apprend de nos erreurs, mais il semble que l’on apprenne plutôt de nos succès. C’est ce qu’on démontré des chercheurs américains qui ont réalisé une série d’expériences sur des singes. Ils ont analysé comment réagissait leur cerveau à la suite d’une tâche réussie ou manquée. Or, les neurones de certaines régions clés du cerveau échangeaient davantage de signaux électriques après un essai couronné de succès qu’après un échec. Mieux vaut donc récompenser l’effort et la réussite que punir les échecs, comme le savent déjà bon nombre de parents et d’enseignants.” (source : @Le code Chastenay, épisode 80, MARDI 8 mars 2011 – 19 h, @Télé-Québéc)”.

Pour comprendre d’avantage l’utilisation du renforcement positif dans l’éducation canine, vous pouvez suivre l’article écrit à ce sujet sur ce site : le renforcement positif pour éduquer son chien.