Mon chien aboie : que faire ?

Posté par le nov 27, 2013 dans Blog éducation canine, Chien, Comportements, Non classé | 0 commentaire

Mon chien aboie : que faire ?

Les chiens aboient pour de nombreuses raisons. DogConseil vous aide à y voir plus clair et vous donne des conseils. Vous devez commencer par connaître les motivations qui provoquent les aboiements. Sans en connaître la cause, il sera difficile de modifier ce comportement.

N’hésitez pas à consulter un professionnel qui vous guidera dans ce travail d’investigation.

Surtout, n’utilisez pas de collier anti-aboiement, c’est douloureux, cela ne traite pas la cause et votre chien mérite plus d’écoute.

Mais alors, qu’est-ce qui peut bien les pousser à aboyer :

. L’ennui : « Je suis seul à la maison et j’ai besoin qu’on s’occupe de moi! » 

Les chiens passent une longue partie de leurs journées seuls et n’ont pas suffisamment d’activités physiques et mentales. Si vous ne leur donnez rien à faire, ils finiront par s’occuper, souvent de façon inappropriée (aboiements, destructions).

Ils ont besoin quotidiennement d’activités pour dépenser et canaliser leur énergie.

Si votre chien aboie, sans que vous ne sachiez pourquoi, poursuivez dans cette direction. Apprenez-lui des tours amusants (« donne la patte », « tourne », « roule », « fais le beau »), promenez-le davantage (sans laisse si possible), inscrivez-vous dans un club pour pratiquer des sports canins et enrichissez son environnement de distributeurs de nourriture, jeux interactifs, os à mâcher pour l’occuper en vos absences… voir l’article sur notre blog : http://www.dogconseil.com/mon-chien-sennuie-10-facons-pour-stimuler-son-chien-mentalement/

. L’anxiété : « Je souffre quand je suis seul et j’ai besoin d’aide! »

Lorsque votre chien reste seul, il aboie, pleurniche toute la journée… Ces comportements sont souvent accompagnés d’autres problèmes comme la propreté, la destruction d’objets.

Si c’est le cas, alors votre chien a besoin d’apprendre à rester seul et à être moins anxieux. Vous devez consulter votre vétérinaire et/ou un éducateur canin comportementaliste à ce sujet.

. La frustration : « J’ai envie de jouer, de sortir mais personne ne m’a appris à le demander poliment. »

La frustration fait souvent aboyer les chiens. Tolérer la frustration s’apprend. Toute une série d’exercices est disponible sur notre site. Le principe est assez simple, les bonnes choses arrivent lorsqu’on est calme et patient.

En règle générale, augmenter ses activités physiques, mentales et sociales règle une partie du problème. Un chien fatigué est un chien heureux.

Plus votre chien passera de temps à jouer avec d’autres congénères et moins de temps passé derrière une barrière, plus vite le problème sera réglé. Si vous n’avez pas le temps, cherchez un professionnel qui pourra sortir votre chien avec d’autres copains.

. Les demandes d’attention : « Mon maître m’écoute lorsque j’aboie! »

Votre chien a surement appris, à votre insu, que l’aboiement était la meilleure solution pour obtenir ce qu’il voulait (pour capter votre attention, pour qu’on lui ouvre les portes, pour sortir dehors ou de la voiture, pour jouer…). Pour limiter ce type d’aboiement, arrêtez immédiatement de le récompenser : lorsqu’il aboie, restez immobile, ne bougez plus, ne le regardez pas, ne lui parlez pas, juste ignorez-le comme si vous étiez sourd. S’il continue après plusieurs secondes, quittez la pièce et faites une autre activité (servez vous un verre d’eau, un café, faites la vaisselle…) afin d’être sur de lui faire passer le message qu’il ne peut pas capter votre attention de cette manière. Soyez simplement constant et persistant dans vos réactions et dans vos façons d’agir. Les corrections verbales (NON!!! Arrêteeee!!! Ca suffit !!!) et les punitions physiques ne font qu’aggraver les aboiements – soit elles rendent votre chien encore plus anxieux soit il pense que vous vous joignez à ses aboiements.

En revanche vous devez renforcer les moments où il est calme. Observez et notez les heures où votre chien est calme et encouragez ce comportement avec de l’attention, de l’affection et de la nourriture. Ces périodes de silence augmenteront. Provoquez-les par des routines : après une longue promenade, demandez à votre chien d’aller se coucher à son panier et donnez-lui de l’affection. Si il y reste, donnez-lui un os.

Si votre chien aboie quand vous travaillez à l’ordinateur ou parlez au téléphone, anticipez son comportement. Jouez avec lui, promenez-le puis installez-le sur son panier ou dans sa box avec un Kong rempli de nourriture avant de vous asseoir pour travailler. Voir l’article : http://www.dogconseil.com/le-jouet-kong-ou-comment-eduquer-son-chiot/

. La garde : « Aboyer ! C’est mon job! »

Si votre chien aboie à la vue de passants, chiens, chats à travers votre fenêtre ou parce qu’il  entend une porte claquer dans le couloir de votre immeuble, il pense que son job est de vous avertir.

Commencez par apprendre à votre chien à répondre émotionnellement différemment à ces bruits en utilisant un interrupteur positif (pour les membres, voir la leçon sur notre site). Puis aménagez votre environnement pour empêcher votre chien de produire le comportement d’aboyer lorsque vous ne pouvez pas le surveiller. Fermez les stores et placez son panier loin des fenêtres ou de la porte d’entrée. Si votre chien est sensible aux bruits, placez-le dans une pièce loin de votre entrée et laissez un peu de musique classique afin de couvrir les sons extérieurs.

Évitez de laisser votre chien à l’extérieur (dans votre jardin) sans surveillance pendant de longues périodes. Le but est de contrôler l’environnement afin de limiter l’expression du comportement d’aboyer.

Votre chien aboie, tant mieux c’est un chien. Voici une technique d’éducation qui vous permettra d’enseigner à votre chien d’arrêter d’aboyer. Car après tout, ils ont le droit de s’exprimer et on peut leur enseigner positivement à arrêter.

Eduquer votre chien :

Pratiquez cet exercice lorsque votre chien est entrain d’aboyer (demande d’attention, sonnerie, voisin qui passe devant la porte). Vous devez avoir tout préparé (récompenses gustatives et odorantes telles que des petits morceaux de fromage). Attention ! Cet exercice a pour but d’apprendre à votre chien un signal interrupteur. Si votre chien aboie, par peur, sur d’autres congénères dans la rue, cet exercice n’aura pas d’efficacité ni de sens pour ce type d’aboiement.

Dès que vous sentez que votre chien va aboyer :

1. Utilisez un signal tel que « calme », « merci », « chut » avec une voie douce. Vous pouvez également ajouter un signal gestuel comme poser votre index sur votre bouche.

2. Puis mettez-lui sous le nez une fabuleuse récompense en la gardant entre vos doigts fermés. Le but étant qu’il la renifle. Attendez qu’il soit vraiment concentré sur cette odeur, la gueule fermée, silencieux depuis au moins une seconde, avant de dire « oui » puis récompensez-le.

3. Augmentez progressivement cette période de silence avant de le récompenser, 1 seconde, puis 2, 3, 5 et enfin 10 secondes.

Si votre chien ne peut pas arrêter d’aboyer, c’est qu’il est trop proche du stimulus aversif qui provoque cette réaction (trop près de la porte d’entrée par exemple). Mettez-lui une laisse, et éloignez-le de ce qui provoque les aboiements (ex :l a sonnerie). Trouvez la bonne distance pour qu’il puisse réaliser l’exercice ci-dessus sans difficulté puis vous vous approcherez progressivement.

Derniers conseils :

. Mettez en place des routines et restez-y fidèle ! Ne changez pas de méthode tous les jours.

. Il existe des produits sans effets secondaires qui peuvent aider votre chien (diffuseur Adaptil, Pet Remedy, Thundershirt). Demandez conseils à votre vétérinaire.